Les jh'avasseries de René

 

D'ine eguyse it I' aute.
Jh'avons d'bin belles eguyses chez nous, mais 0 y a pas jholiment d'monde qui
zi rente.
Alors deux bonnnes parouessiennes de ROUILLAT avant eu ine idee. Si
jh'allions d'not pied d'ine it l'aut zeu faire ine visite et meme in bout d'priere a
seriant moins seules?
o fait la trouesieme foue qu'o s'fait. Quette annee, a z'avant changhe d'fa<;on.
Jh'allons faire in tour dans la parouesse d'a cote, 0 melanghra du monde pour
qu'y s'cneussiant. Oy a in homme que jhe cneussons un peu (y vint des foues
user les bancs d'nout eguyse) y nous r'cevra ben pour bouere in cot et mangher
ine goulee apres tout tieu ch'min. 0 z'y f'ra d'la compagnie et d'la bounne. A y
Y avant quand meme dit l'jhour et l'heure qu'o s'ra.Y peut pas nous r'fuser ça
qu'a z'avant pense. 0 y avait un c'risier qui n'n'avait encore su Ie ch'min
d'chez Ii, y ya mis ine echalle.Tout s'qu'y foutrant dans l'jhabot,o s'ra ça
d'moins it riboter chez moue qu'y s'est dit. Les vouesines et les vouesins y avant
ben agide pasqu'o y avait du monde.
Les moghettes etiant pas rimees pasqu'ol etait pas Ii qui les avait fait tieure, les
piatrelles aux ognons etians ben loin d'et frussies, l'jhambon etait potab la
piquette otout.Y z'aviant tertout l'air ben aise et contents. Yz'avant meme
chante, 0 finissait par: jhe r'vindrons dimanch prochain. Laissez z'y l'temps
d'buffer tout d'meme.
oy-avait pu d'frontere ent les parouesses 0 n'en etait pu qu'ine grande. Est
tout pas bin.

   Jh'zou r'frons.

                                                  R.N